1. Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  2. Accueil
  3. Actualités

Archéologie: découverte d’un Hercule à Cavallo (Corse, France)

Publié le 3 novembre 2020 Mis à jour le 3 novembre 2020

A l’occasion de la mission archéologique dans l’archipel des Lavezzi, en Corse, l’équipe archéologique de l’ULB a fait une belle découverte. Une photogrammétrie a permis de découvrir un canthare inconnu sur un bas-relief romain et d’identifier un Hercule dans l’une des carrières romaines de l’île de Cavallo.

Sous l'égide du Service Régional de l'Archéologie de la Direction Régionale des affaires Culturelles de Corse, un programme collectif de recherche dirigé par Gaël Brkojewitsch (chercheur associé sous convention Aix Marseille Université, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)  étudie l’occupation romaine des Bouches de Bonifacio (Corse-du-Sud, France). Une équipe de l’Université libre de Bruxelles (CReA-Patrimoine ; G-Time ; PANORAMA), associant archéologues (Sébastien Clerbois, Nicolas Paridaens, Catherine Coquelet, Letizia Nonne, Nicolas Authom), géologue (Nadine Mattielli) et ingénieur en photogrammétrie (Henry-Louis Guillaume), et de l’Université Claude Bernard Lyon 1 (Antoine Triantafyllou, géologie) s’intéresse en particulier à l’exploitation de carrières de granite dans l’archipel des Lavezzi.

Deux bas-reliefs figurés ont été taillés à l’époque romaine dans les rochers des carrières de l’île de Cavallo. L’un représente un personnage en piédouche associé à un canthare (Fig.1), l’autre, un homme en médaillon flanqué, à droite, d’une massue (Fig.2). Lors de la mission d’octobre 2020, Henry-Louis Guillaume, archéologue et photogrammètre, logisticien de la plateforme technologique PANORAMA, a réalisé une photogrammétrie 3D de ce second relief (Plus d'infos Mot de passe : Corse2020). En lumière normale, rien n’est visible à gauche du personnage. Mais en utilisant la méthode générative de carte de normale, ou normal mapping (elle fait apparaître les microdétails d’un objet), l’image a permis de mettre en évidence la présence d’un canthare (Figs.3-4); l’érosion du granite à cet endroit n’avait jamais permis de voir cet attribut à l’œil nu. L’opération démontre, si besoin était, que la photogrammétrie n’est pas qu’un moyen d’illustrer les objets, mais qu’elle constitue un véritable outil de recherche en archéologie.

Cette découverte relance l’interprétation de ces reliefs, connus depuis longtemps. Le premier était interprété comme un portrait impérial, le second comme un Hercule Saxanus. La présence du canthare permet d’identifier de manière certaine les deux personnages comme étant Hercule (sans l’épiclèse Saxanus), dieu protecteur des carriers. L’emplacement et la fonction précise au sein de ces carrières romaines seront précisées par les études à venir.