1. Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  2. Accueil
  3. Actualités

Ce que les demandeurs d’asile pensent du système d’accueil d’urgence belge

Publié le 22 octobre 2019 Mis à jour le 22 octobre 2019

Lorsqu’on évoque la question des réfugiés ou des migrations contemporaines, on s’intéresse rarement à ce que pensent les réfugiés et les migrants eux-mêmes du système, de la structure et des procédures d’accueil en Europe. Analyse dans The Conversation avec Antoine Roblain et Alessandro Mazzola (GERME, Faculté de Philosophie et Sciences sociales).

Le système d’asile belge, tout comme celui d’autres pays européens, est en crise depuis 2015 en raison du nombre de demandes de protection internationale qui dépasse régulièrement les capacités des structures d’accueil, mal préparées et inadaptées. Pourtant, ce nombre reste moins élevé qu’à la fin des années 1990 et au début des années 2000 et a eu tendance à fluctuer de manière prévisible et cyclique durant les vingt dernières années. Dans ce contexte, des initiatives citoyennes ont vu le jour et ont apporté un soutien indispensable aux migrants arrivés pendant l’été 2015. Dans The Conversation, Antoine Roblain et Alessandro Mazzola -GERME, Faculté de Philosophie et Sciences sociales- analysent la perception qu’ont les demandeurs d’asile du système d’accueil d’urgence belge:

"Presque tous les migrants, demandeurs d’asile ou réfugiés qui ont participé à notre étude ont souligné la nature arbitraire et l’injustice inhérente du système d’asile. Leur histoire personnelle, notamment les raisons et les circonstances tragiques qui les ont poussés à partir de chez eux, était évacuée sous la pression de la procédure de sélection."

Cette thématique est également au centre du livre "The refugee reception crisis in Europe. Polarized opinions and mobilizations", auquel ont participé les deux chercheurs.

Photo: LUCA MANUNZA/lucalasius/instagram, CC BY-NC

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be