1. Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  2. Accueil
  3. Agenda FAC
  4. Agenda SC PO

Justifier l’état d’exception par la « culture populaire » : le scénario de la « ticking time bomb » de la bataille d’Alger aux attaques de drones

Publié le 6 février 2020 Mis à jour le 6 février 2020

Séminaire de recherche organisé par le REPI (Recherche et Etudes en Politique Internationale) et le CDI (Centre de Droit International) Intervenants : Christophe Wasinski, ULB-REPI & Arnaud Louwette, ULB-CDI

Résumé : Comment la « culture populaire » contribue-telle à légitimer le recours à la torture dans le contexte de la « guerre au terrorisme » ? Dans le contexte des opérations menées au nom de la lutte contre le terrorisme depuis 2001, les forces armées et services secrets états-uniens ont eu recours à la torture ("enhanced interrogation technique") afin d’obtenir des renseignements. Bien que l’utilisation de la torture soit illégale, et d’une efficacité opérationnelle contestée, elle a fait l’objet de diverses formes de justification qui ont-elles-mêmes été analysées par des juristes et des politologues. Ces derniers se sont notamment intéressés au discours de légitimation (les « tortures memos ») produit par les conseillers juridiques de l’Office of Legal Counsel du Departement of Justice (J. Margulies ; Ph. Sands). Ils se sont par ailleurs penchés sur la façon dont le recours à la torture était justifié auprès du grand public dans les films et séries télévisées (O. Corten). Nous proposons quant à nous de « combiner » ces deux questions afin d’interroger la manière dont les experts des questions de sécurité usent, lorsqu’ils s’expriment publiquement, de la « culture populaire » pour légitimer le recours à la torture. Plus spécifiquement, nous cherchons à montrer que la métaphore de la « bombe à retardement » (« ticking time bomb ») qui leur sert à justifier leurs pratiques coercitives trouve son origine non pas dans des faits mais dans des récits fictionnels. Cette construction mythologique repose elle-même sur les références, par les experts et les militaires, aux films Les Centurions et La Bataille d’Alger et à des séries télévisées telles que 24 heures chrono ou Homeland.

Christophe Wasinski est professeur en relations internationales au département de science politique de l’Université libre de Bruxelles. Il est membre du centre REPI (Recherche et Études en Politique Internationale) et auteur de Rendre la guerre possible (2010). Ses articles ont été publiés par Critical Military Studies, Cultures & Conflits, Études Internationales, Security Dialogue et International Political Sociology.

Arnaud Louwette est chercheur au CDI (Centre de Droit international) et Maître de conférence à l'ULB. Il est titulaire d’un doctorat en sciences juridiques de l’ULB (2018), d’un Master en Droit de l’Université de Liège (2009) et d’un LL.M. in Globalization and Law de l’Université de Maastricht (Cum Laude – 2010). Ses recherches portent sur le droit des organisations internationales, les droits de la personne, la théorie du droit, le droit à un procès équitable et le droit du développement. 

Lundi 17 février 2020 de 13h à 14h30

Inscription en ligne obligatoire ICI

Université libre de Bruxelles - IEE (salle Spaak)
Campus du Solbosch - Bâtiment R39
Avenue Franklin Roosevelt 39
1050 Bruxelles

Contact & information: repi@ulb.be

Affiche (PDF)

Date(s)
Le 17 février 2020